Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : NRFC - Le bonheur est dans le pied
  • NRFC - Le bonheur est dans le pied
  • : Le blog des "bulots" du NRFC (Nouvelle République Football Club) club de foot à 7 FSGT, dans le 37. Actu, photos, transferts, interviews... Le bonheur est dans le pied !
  • Contact

Le NRFC 2014/15

NOUVELLE REPUBLIQUE

FOOTBALL CLUB

Le bonheur est dans le pied

 

AG 2014

 

CLUB

Date de fondation : 2001

Couleurs : maillot jaune à parements noirs.

Stade : Stade Jules Ferry, à Joué-lès-Tours.

Record d’affluence : 8 spectateurs (NRFC – IUT FC, 2005).

Sponsors : NR.

Blog : nrfc.over-blog.com

 

DIRECTION

Président : Jean-Yves Renoux.

Vice-présidents : Antoine Burbaud et Grégoire Cheneveau.

Présidents d’honneur : Julien Passette, Frédéric Pfalzgraf, Jean-Eric Zabrodsky, Laurent Mounguégué.

Président d’horreur : Norbert B.

Trésorier : Nicolas Thouet (adj. Cécile)

Secrétaire : Philippe Roch (adj. Julien Coutenceau)

 

STAFF

Entraîneur : Jean-Yves Renoux, 44 ans. Carrière de joueur : US Joué, Loché-sur-Indrois, Orbigny-Nouans. En poste depuis 2001.

Préparateur physique : David Jehano.

Grand gourou : Alain Guillot.

 

MOUVEMENTS

Arrivées : Thomas (TV Tours), Kevin (Esvres Carioca),
 

Départ : Pierre-Yves (Angers SCO).

 

SAISON DERNIERE

Championnat : 6e de D2.


EFFECTIF 2013/14

Gardiens : David Jehano, Philippe Roch, Pierre-Alexandre Zabrodsky.

 

Défenseurs : Cyril Chigot, Loïc Bourg, Benjamin Henry, Anthony Bureau, Romain Delville, James Afonso, Edouard Beauget.  


Milieux : Aziz Achbakou, Antoine Burbaud, Sebastien Renoux, Anasse Bouziki, Thomas, Kevin. 

 

Attaquants :  Aurélien Chaslon, Grégoire Cheneveau, Jean-Yves Renoux, Michael Boussely, Fred Launay.

30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 12:21

JCSO : 4

NRFC : 5

 

Mi-temps : 1-4.

Buts : Thomas (x2), Fred (x2), Zizou (s.p.).

Les Bulots : Mich - Loïc, James, Aurèl, BH - AB, Thomas, Zizou - Greg, Fred. Coach : JYR.

 

Pour fêter les deux mois (et plus si affinités) sans article sur le blog, les Bulots ont fait les choses en grand, mardi dernier, sur le synthétique de Guy-Drut. Ils ont... gagné ! Non, vous ne rêvez pas : le NRFC is back, bébé, comme auraient pu le dire de mauvais punchlineurs de rap français du début des années 2000. Tiens, les années 2000, période où la grande majorité de l'effectif jaunard était au top de sa forme physique, en y pensant...

Mais venons-en aux faits. L'entame de match des Bulots fut brillante. Depuis bien longtemps, pareille efficacité n'avait pas été au rendez-vous. Habituées à jouer les 50 dernières minutes de match en étant menées de 2 ou 3 buts, les troupes NRFCistes ont cette fois-ci parfaitement inversé la tendance. Le trio Fred - Thomas - Zizou prit un malin plaisir à mettre la pagaille au cœur d'une défense basse et longue à entrer dans la rencontre.

Thomas fut le premier à s'illustrer en ouvrant la marque, très vite imité par Fred. Formule gagnante reproduite à l'identique dans la foulée. Avec, toujours, Zizou dans les bons coups. Voir le NRFC mener 4-0 après moins de quinze minutes de jeu, cela n'avait pas dû arriver depuis... belle lurette, pour ne pas dire plus. Et si JCSO parvint à réduire la marque avant la pause, les Bulots maitrisèrent leur sujet pour atteindre les citrons avec une marge confortable.

Mais il doit être écrit quelque part que le NRFC ne peut vivre une saison sans encombre. Renforcés dès le début du second acte, les locaux trouvèrent un second souffle, jouant plus haut et faisant déjouer les Bulots. Et l'impensable arriva : à force d'approximations, les Jaunards cédèrent une, deux puis trois fois. Et aussi vrai qu'un et un font deux, un et trois font quatre. Tout était donc à refaire (ou à faire, selon le côté où l'on se place. L'auteur, ici, a décidé de prendre parti pour le NRFC, NDLR). Et comme bien souvent, c'est du pied droit de Zizou que vint le salut. De son pied droit et du bras gauche d'un défenseur de JCSO. Excentré sur le côté gauche, le maître à jouer jaune tenta d'envoyer un centre qui fut dévié du bras par son adversaire direct. Ni une, ni deux, notre Zizou national s'empara du ballon, le posa sur le point de penalty et expédia les siens sur orbite. Enfin, pas si haut, quand même. Il délivra tout de même le peuple de l'herbe (lire : JYR préfère le gazon, Crampons de 18 n°764).

Avec cette énième (oui, bon, deuxième) victoire de la saison, le NRFC a fait un grand pas vers l'objectif du président : ne pas terminer avec la cuillère de bois. Un costume qui, pourtant, saillait aux Bulots depuis quelques semaines. Mais que les orgueilleux Jaunards auront à cœur d'abandonner. Pour ce faire, il reste deux matchs de championnat. Mais avant cela, il faudra jouer le premier match de Coupe de Printemps mardi soir à Chambray. Parce qu'il est peut-être là, le vrai objectif de cette saison : remporter, enfin, la Coupe des quatrièmes. Histoire de prouver que Noël, c'est toute l'année. Et qu'on pourra le fêter, finalement, cette année.

13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 14:51

Rene.jpg

ASLOS : 6

NRFC : 4

Mi-temps : 3-1.

Buts : Greg, Loic, Aziz, Cyril.

Spectateur : Manuel.

Le groupe : Jean-Yves, Benjamin, Cyril, James,  Kévin, Loic, Aziz et Greg.

 

NRFC : 2

FC Gruau : 4

Mi-temps : 1-2.

Buts : Greg (X2).

Spectateur : Manuel.

Le groupe : Jean-Yves, Benjamin, James, Aurélien, Thomas, Aziz, Greg, Kévin et Romain.

 

Après les événements que l'on vient de vivre, les Bulots avaient sans doute la tête ailleurs mercredi dernier face à ASLOS (4-6) et hier soir contre le FC Gruau (2-4) avec deux matchs au contenu et au résultat assez similaire... Des défaites honorables, mais des défaites quand-même face, il est vrai, à deux équipes jouant le haut de tableau. Voilà en tout cas le NRFC condamné à se battre pour le maintien et la prochaine réception de La Ligérienne lundi prochain et, dans ce sens, à prendre avec le plus grand sérieux face à un concurrent direct. Certes, l'aspect purement sportif paraît aujourd'hui bien dérisoire, mais une petite victoire ferait le plus grand bien au moral des troupes...

Pour parler de choses plus positives saluons, une nouvelle fois, l'arrivée de toutes et tous nos petits Bulots qui font déjà de cette exercice 2014/2015 une réussite. Cependant, comme le souligne notre Bulot-Dessinateur Marco (cf. ci-dessus), il va falloir du soutien (mais aussi de l'abnégation collective) pour se sortir de la nasse. il reste encore 7 matchs avant la fin du championnat. Tous reste possible alors, plus que jamais, Courage et Ferveur!

22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 13:00

http://img.over-blog-kiwi.com/300x300/0/67/57/30/ob_7b1f6e_pere-noel-foot.jpg

 

Ce que le Père Noël peut mettre sous le sapin du NRFC. Bulotes, bulots, apportez-y vos contributions, pour que le NRFC soit plus riche, plus beau, plus fort !

 

Une crèche… associative pour faire garder la palanquée de nouveaux chiourmes de bulots recensés depuis deux ans.

Un nouveau blog (ou le recrutement d’un stagiaire pour aider notre webmaster en chef débordé), afin d’éradiquer enfin ces pubs pour faire augmenter votre virus ou protégez vos performances sexuelles. Ah non, c’est l’inverse.

Un renard des surfaces type Rudi Voller, qui pèse sur les défenses adverses, genre Tony Cascarino.

Des ballons, des vrais, même si ça nous fera une excuse en moins…   

Un kop d’ultras, pour accompagner notre coq d’or qui se les gèle tout seul le lundi soir, et aussi pour terroriser des adversaires pour qui le stade de la Haye est un peu comme une deuxième maison depuis le début de saison.

Des bébés garçons, pour alimenter le centre de formation et assurer ainsi une descendance et une pérennité au NRFC ; car les filles, c’est bien beau, mais la FSGT n’a pas encore de championnat de foot féminin.

Un clone de Zizou, le vrai (le nôtre quoi) : bon, ça ne nécessite pas forcément de justificatifs…

De riches mécènes bienfaiteurs venus de loin : Monaco a ses Russes, Paris ses Qataris, Lens (malheureusement) ses Azéris… Pourquoi n’aurions-nous pas nos Botswangais ?   

 

http://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2013/11/Le-Crocodile-du-Botswanga-Affiche-France-353x500.jpg

 

A suivre :

Ce que l'on peut souhaiter au NRFC pour 2015...

Published by NRFC - dans évènement
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 09:58

NRFC : 3

JCSO : 3

supporter.jpg

Mi-temps : 2-2.

Les bulots : Philippe - Antony, Benjamin, Loïc, Romain - Anasse, Aziz, Antoine, Thomas - Grégoire, Fred. Coach : Jean-Yves.

Buts : Antoine (x2), Grégoire.


Si l'on s'intéresse uniquement au résultat, ce match nul concédé à domicile face à un adversaire direct au classement n'est pas une bonne opération sur le plan comptable. Néanmoins, les deux équipes ont livré une belle prestation lundi soir dans la gadoue du Stade de la Haye et ce score de parité reflète bien la physionomie de la partie. Tout avait pourtant mal commencé pour le NRFC qui encaissait un but dans les première minutes sur un tir anodin à ras du poteau. Peu de temps après, JCSO manquait le break de très peu. Face au but l'attaquant visiteur touchait du bois après un coup de billard.  

 

 Très en verve en première période, Antoine sonnait la révolte en trompant la vigilance du gardien adverse d'une frappe puissante. Il doublait la mise dans la foulée en reprenant victorieusement un centre venu de la droite qui faisait suite à une belle action collective. Ce maigre avantage ne subsistait malheureusement pas jusqu'à la pause. JCSO revenait au score en s'y prenant à deux fois pour battre le portier du NRFC (2-2). 

 

Les jaunes allaient de nouveau courir après le score en 2e période. Après avoir déjoué la défense, un attaquant adverse était tout heureux de reprendre dans le but vide son premier tir repoussé par le poteau. Il fallait toute la vista de Greg pour arracher l'égalisation. Sur corner, le renard des surfaces du NRFC déviait acrobatiquement le ballon dans les filets. Les deux équipes continuaient à se rendre coup pour coup dans les dernière minutes avec néanmoins plus d'imprécision. Les deux formations se quittaient finalement avec la satisfaction d'avoir livré un match plein, à défaut d'avoir pu faire le plein de points.

 

L'actualité des prochaines semaines sera marquée par le repas de Noël du club, le soir du 20 décembre. Retour aux affaires début janvier, si le temps le permet, pour la phase retour. 

5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 11:49

 

ballon creve

NRFC  : 1

L'équipe du dimanche : 4

Mi-temps : 1-2.

Les bulots : Philippe - Antony, Benjamin, Loic, James, Cyril - Romain, Aurélien, Anasse, Gregoire. Coach : Jean-Yves.

But : James.

Supporter : notre coq d'or.

 

Prestation correcte mais néanmoins insuffisante des bulots pour pouvoir rivaliser avec l'une des meilleures équipes de la poule (2e avant ce match). L'équipe du dimanche a d'abord mené 2-0 grace notamment à un second but chanceux (sur le petit coté, le ballon tape le poteau puis la cuisse du goal avant de rentrer). Les visiteurs auraient pu creuser l'écart avec un coup franc dans la surface non converti. Au lieu de ça, sur une relance partie de notre camp, James venait conclure d'une belle frappe un beau mouvement collectif. A la mi-temps tout semblait encore possible.

Malheureusement il n'y aura pas autant d'intensité de la part des jaunards aux retours des citrons. Le score grimpait rapidement à 4-1 et aurait pu etre plus lourd. Très sportivement, nos adversaires renonçaient à réclamer un pénalty pour une main (involontaire) de Loic dans la surface. La partie s'est débridée en fin de match sans qu'aucun but ne soit marqué. Score logique. La mobilisation est de rigueur en vue du match couperet de lundi prochain" face à un adversaire direct pour le maintien. 

25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 09:50

  tempete.jpg

 

Comme son voisin le TFC,
le NRFC en pleine tempête après quatre défaites consécutives...

 

 

Le NRFC a laissé échapper un match à sa portée. Un résultat qui le met encore un peu plus dans une inconfortable situation au classement.

 

NRFC : 3

Charentilly : 5


Mi-temps : 2-2

Buts : James, Loïc, Aurélien.

Les bulots : JYR – Loïc, Miche, James, BH – Aurélien, Antoine, Thomas – Fred, Kevin.

Supporters : 3.

 

 

Voilà une fâcheuse défaite ! Face à un adversaire à sa portée - mathématiquement au classement, et techniquement sur le pré - le NRFC a laissé passer l’occasion de se donner un peu d’air et retrouver un peu de confiance, après trois défaites de rang.

Tout avait pourtant bien commencé. Avec une nouvelle fois 10 joueurs alignés sur la feuille de match (le coach se paye désormais le luxe du turn-over) et une équipe ayant fière allure, même sans Aziz, les bulots attaquaient le match pied au plancher. Des efforts récompensés par deux buts et une ribambelle d’occasions (dont un poteau), que le NRFC aurait bien fait de transformer pour se mettre à l’abri… D’autant que le coach faisait le job dans les bois, avec quelques arrêts décisifs.

Mais passées la 20e minute, les jaunes et noirs tombaient un peu dans la facilité. Trop relâchés, ils laissaient l’adversaire le rejoindre au score avant la pause (2-2), notamment après un but gag, remettant ainsi les compteurs à zéro et regonflant le niveau de confiance dans le camp adverse. 

 

Une fin de match en queue de poisson

Les bulots exprimaient leurs regrets à la pause et avaient du mal à se remobiliser pour repartir au combat. Le vent avait tourné et la seconde mi-temps allait être celle de Charentilly : longtemps au coude-à-coude, se rendant coup pour coup (3-3), les deux équipes ne semblaient pas se satisfaire du partage des points. Mais le NRFC allait plier et littéralement offrir tout simplement deux buts à son adversaire, dans les dix dernières un but, une savonnette et un csc « plat du pied, sécurité » du malheureux BH.

Une fin de match en queue de poisson, mais surtout des regrets de ne pas avoir tué le match en première mi-temps. Et une question : si le NRFC ne gagne pas face à un adversaire de ce calibre, arrivera-t-il à sortir de la zone rouge avant la trêve des confiseurs ? « L’objectif tient toujours : il nous faut deux victoires d’ici fin décembre », affichait le coach dans les vestiaires.

Seule satisfaction de la soirée : le NRFC s’est vu hérité, par chance, d’un magnifique ballon de football d’une autre marque Kipsta. Le patrimoine du club a donc considérablement augmenté en ce 24 novembre, jour d’anniversaire du camarade Philippe.

 

zizou-au-sk.jpg

Zizou parti restaurer des chalets en Auvergne : motif d'absence un peu trouble...

 

9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 12:50

01---nouvelles-images-pour-parution 0088

Retrouvez à cette occasion la célèbre chorale des petits chanteurs à la gueule (jambe ?) de bois.

(Photo NRFC - Jean-Pat Bicosse)

 

Comme la vie du club ne se limite pas seulement à la pratique du ballon (et heureusement !), nous souhaitons vous voir très nombreux au traditionnel repas de Noel du club. Pour cela, indiquez vos disponibilités sur ce document doodle pour le samedi 20 décembre, le vendredi 26 décembre ou les deux. Sachant que, du toutes façons, nous ne ferons qu'un seul repas même si vous êtes disponibles à ces deux dates ;-)

http://doodle.com/iancc6mmrfb3i4zk

Merci de votre participation. Notre président nous informera ultérieurement de la date retenue par message ou sur le blog du club.
Published by PhR - dans évènement
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 23:28

Lors de la création du club - au siècle dernier - la question du logo avait été remise à plus tard. Après plus de 13 ans d'existence, ce moment est venu. Eh oui, dans ce monde actuel où la communication importe autant, sinon plus, que l'action il me semble important de disposer enfin d'un blason digne de ce nom. Ne serait-ce que pour le plaisir de mirer ses reflets argentés sur les écussons autocolants qu'éditera Panini, un jour peut-être, lorsque cette société consacrera des albums aux équipes de FSGT.

Par l'ordre du bulot et du gai pied, voici donc trois réalisations :

1. Blason avec ruban écriture noire.

blason final01

2. Blason avec ruban écriture blanche soulignée.

blason final03

3. Blason seul, sans ruban.

blason omega 1

Avec l'accord final du président, je propose d'adopter celui qui aura été le plus plébiscité, sachant qu'il est aussi encore possible de les modifier (au niveau des éléments, de la police ou de la couleur par exemple). Cela s'inscrit dans le cadre d'une réflexion plus large autour de la création d'un nouveau blog, plus moderne, que j'espère développer au cours des prochains mois. J'attends vos commentaires. 

Published by PhR - dans Débat
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 08:50

 

NRFC013.jpg
Oui, c'est bien Zizou, en 2009 (oui, c'est bien Fred aussi... Photo archives, Sab.Fournier).
Un Aziz des grands soirs, mardi, mais cela n'a malheureusement pas suffi...

 

 

Elle aurait pu être belle cette victoire. Sans doute la plus belle de la saison. Le genre de rencontre à ranger dans la case des matches références. Oui, mais voilà, il y a toujours cette histoire d’efforts mal récompensés, ou ceux qui se payent cash par la suite. Pour la 4e journée du championnat, le NRFC a failli créer l’exploit en surprenant une équipe de Tours Olympic finalement plus réaliste. Score finale 8-5. Récit d’une opportunité ratée…

 

Tours Olympic : 8

NRFC : 5

Mi-temps : 3-1

Buts : Antoine, Aziz (x2), Thomas, Kévin.

L’équipe : Miche – Loïc, AB, BH, James, Thomas – Aziz, Anasse, Fred – Kévin, Greg.

 

Mercredi soir, synthétique, météo et effectif étaient au rendez-vous stade du Danemark à Tours Nord. 11 joueurs au compteur, de quoi tourner sereinement et imposer un rythme effréné face à une équipe de vieux briscards. Plus âgés, oui, mais une équipe qui comptait sur leur 3 premières rencontres une moyenne de 10 buts par match.

 

Inquiétant ? Affirmatif, surtout au vu des premières minutes de jeu. Un, puis deux et enfin trois à zéro avant qu’Antoine ne réduise la marque avant la mi-temps. « Une catastrophe ces yeux » ajoutait ce dernier quelque peu handicapé par une vision récalcitrante mais qui n’avait pas perdue le petit filet gauche de vue. La force des grands joueurs diront certains...

 

Niveau jeu, le NRFC n’a pas eu à rougir d’une première mi-temps globalement dominée en termes de possession de balle. Restait à concrétiser les actions les plus dangereuses. En face, les roses jouaient la profondeur, usaient de leur rapidité à défaut de leur stabilité. Des chutes improbables et des contestations à répétition. Triste, mais épisode sur lequel nous ne reviendrons pas. Esprit loisir oblige.

 

3-1 à la mi-temps, des adversaires pas vraiment sereins. Tout était réuni pour démarrer de plus belle la seconde période. Manque de chance ou plutôt de vigilance, les roses inscrivaient deux buts supplémentaires en l’espace de 3 minutes, anéantissant un peu plus l’espoir de voir revenir le NRFC. Porté par un Aziz capital, les jaunes revenaient pourtant dans la partie. Ce dernier inscrivait le 2e puis le 4e but d’une frappe magistrale. « On reste concentré les gars » s’exclamait Fred tout en ricanant de la touche. Comme surpris par ce renversement de situation.

 

Entre temps Thomas concluait une belle ouverture de Loïc. 5-4. Puis Kévin permettait de ramener les deux équipes à égalité. Le plus dur était fait à 10min du terme. 10 minutes de trop certainement. Tours Olympic, toujours aussi dangereux en contre, crucifiait par 3 fois un Miche désabusé. « Il nous faut un gardien la semaine prochaine » reprenait ce dernier à la sortie des douches. Des douches théâtre d’une engueulade magistrale entre les joueurs adverses. « Du jamais vu » relevait Greg avant que Fred ne reprenne : « je préfère perdre vu leur prestation dans les douches ».

 

Pour finir, leur président adverse nous demandait de refaire le match sur le parking. « Même pas le temps de fumer une clope » s’exclamait Benjamin qui concluait la soirée par un « si on avait un doute sur le coup à boire de fin de match,  on est fixé ».

Qu’à cela ne tienne, nous saurons les recevoir, en gagnant évidemment…

 


 

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 08:28

AG--34-.jpg

Une petite cuvée, mais un grand cru (photos cor. NRFC : Sabrina Fournier).

 

Samedi soir, le NRFC retrouvait un ancien lieu de villégiature privilégié pour sa traditionnelle assemblée générale. La 12e du nom. Rue Descartes, à Joué. L'occasion, comme d'habitude, de remettre les traditionnels trophées du club. Mais aussi d'aborder le bilan et les perspectives du club. Et, n'ayons pas peur de l'avouer, de partager un moment de convivialité !

C'est en toute logique que la soirée s'est ouverte avec la mise en perce d'un premier fût de bière. Mais aussi et surtout par la dégustation du punch maison, oeuvre de "Seb la main lourde". Un régal pour les yeux, et pour les papilles. Le temps de voir arriver la présidente de la section pétanque, et déjà, le président devait quitter ses ouailles pour réserver un accueil un peu particulier à la dernière recrue, Thomas. Et si l'on a coutume de dire que quand le chat n'est pas là, les souris dansent, il n'en fut rien dans la demeure des parents Renoux. Encore que. L'arrivée d'un des deux vice-présidents du club, en l'absence de son supérieur, coïncida avec le début des emmerdes pour les huissiers chargés de veiller au bon déroulement des élections annuelles.

Celui-ci fut d'ailleurs bien aidé dans sa tâche pour un vil bulot, chargé au nom de tout une communauté (esvrienne) de faire entendre la vox populi. Au retour du président, les votes étaient (théoriquement) clos. Le temps, donc, de poster quelques dizaines de bulletins supplémentaires, récupérés sur des listes électorales corses, et les dés étaients jettés.

AG (2)Et même si, comme chacun sait, ce sont les petites histoires qui font la grande histoire, inutile ici de s'attarder sur les destinées individuelles. Le temps pour Carole d'offrir un discours empreint d'émotion, et pour JYR de punch, et déjà, l'heure était au dépouillement des votes. A la surprise générale de lui-même, le président-coach-attaquant-gardien eut l'immense privilège de récupérer le Bulot d'or qu'il avait trop longtemps laissé dans la nature. Même chose pour PAZ et son prix Citron, Manu et le Coq d'Or et BH avec le Mulot d'Or. Des (demies) surprises, il y en a en revanche eu sur l'attribution des autres prix. Pourtant lancé dans un mano a mano dantesque avec AB pour le prix bras cassé, c'est finalement Micka qui emporta l'Orthèse de plomb. Un prix que son concurrent se fit une joie de lui ravir, en l'absence du lauréat (cf. album photo). Quant au prix Zizou, j'ai nommé le prix Orange, c'est à Anasse qu'il fut remis. Une juste récompense pour le jeune milieu de terrain du NRFC, qui s'inscrit dans la droite lignée de son modèle. Un prix Raisin fut aussi un temps envisagé, et même si la dernière sortie de Kékèt aurait pu à elle seule justifier son obtention, cela aurait été oublier les années de braconnage de nos vendangeurs en chef. Pas de prix, pas de jaloux !

Le temps de déguster le gateau, et le point fut fait sur la prochaine génération des Jaunes. Une saison 2014/2015 qui s'annonce exceptionnelle pour le NRFC. Une saison qui rimera avec Bulot. Et pour cause : bienvenue à Enzo, Margaux, en attendant les petits Burbaud et Bureau. Tout un programme !

Published by NRFC - dans évènement
commenter cet article